Sun WuKong 孫悟空


Sun Wukong (孫悟空), souvent appelé en français le « Roi des Singes », est l’un des personnages fictifs les plus célèbres de la littérature chinoise classique. Ce singe, héros principal du roman de « Wu Cheng’En » (吳承恩), « La Pérégrination vers l’Ouest » (西遊記), est le premier disciple du moine « SanZang » (三藏), qui est chargé de partir en Inde (à l’ouest) ramener les écritures sacrées du Bouddha en Chine (à l’est) et lui sert de garde du corps avec un dragon, « LongWang SanJun » (龍王三君), un homme à tête de cochon, « Zhu BaJie » (豬八戒) et un ogre, « Sha WuJing » (沙悟淨). Doué de parole et de conscience, il est connu pour sa force, sa rapidité et ses pouvoirs magiques extraordinaires, mais également pour son naturel espiègle et son passé d’irrépressible trouble-fête.

21673

L’origine de Sun WuKong est de nature « pétrogène » : il est né d’un rocher frappé par la foudre, ce qui a engendré un œuf de pierre. À peine sorti de son œuf, il suivit un groupe de singes et les aida à franchir une cascade derrière laquelle se trouvait une grotte : « la Caverne Céleste du Mont des Fleurs et des Fruits » (花果山洞天). Pour cet exploit, il devint « Roi des Singes » (猴王) et le Roi de ce nouveau domaine. Il était heureux, mais après quelque temps, il s’ennuyait et se lamentait rien que de penser qu’il devrait mourir un jour. Sur les conseils des vieux singes, il partit à la recherche d’un Maître qui saurait lui enseigner l’art de cultiver son corps et son esprit et devenir ainsi Immortel. Il finit par trouver ce qu’il cherchait au « Mont de la Terrasse des Esprits d’un Pouce Carré de la Grotte de la Lune Penchée et des Trois Étoiles » (方寸山 斜月三星洞), en la personne du « Patriarche PuTi ZuShi » (菩提祖師) ou « XuPuTi » (須菩提祖师). Après avoir suivi l’entraînement du maître taoïste, versé dans tous les secrets de la Voie, il savait maîtriser 72 transformations. Néanmoins, sa queue qui dépassait parfois le trahissait et indiquait sa véritable nature. Il pouvait également devenir géant comme tout petit ou se métamorphoser en insecte. S’il tirait un de ses poils, le mâchonnait et le recrachait, il pouvait se multiplier à l’infini; s’il y ajoutait du sang, il pouvait créer des clones des autres comme de lui-même. Il pouvait bondir sur les nuages et ainsi parcourir 108 000 « lis » (里/1 li : 500m) d’un coup, ce qui lui permettait d’aller très loin pour solliciter de l’aide pendant son voyage; Très fort, il était capable de faire face à une armée entière, mais pouvait parfois se voir dépasser.

Sun WuKong portant une armure antique.

De retour dans son royaume, il apprit que ses sujets avaient été la proie d’un monstre, « Roi-Démon du Chaos » (混世魔王) qui les persécutait. Il combattit et vainquit le monstre, mais décida qu’il fallait qu’il ait sa propre armée afin de protéger son domaine. Aussi, de nouveau sur les conseils des singes aînés, il alla chercher toutes les armes qu’il pouvait à la frontière du pays de AoLai (傲來) et en équipa toute son armée. Mais devenu Immortel, lui-même n’arrivait pas à trouver une arme qui soit à sa mesure; les singes aînés lui proposèrent de se rendre au Royaume des Mers de l’Est où résidait le « Roi-Dragon » (龍王) et y trouverait certainement ce qu’il cherchait. Sur place, dans son « Palais de Cristal » (水晶宮), il le contraignit à lui remettre ses meilleures armes. Aidé par sa femme et sa fille, le Souverain des Mers lui proposa le Pilier qu’utilisa jadis le « Grand Empereur Yu » (大寓) pour combler la mer. Trouvant l’objet trop gros, il le fit rétrécir jusqu’à ce qu’il puisse le tenir en main; On le nommait « Bâton Cerclé d’Or » (如意金箍棒) et il pouvait prendre la taille que son possesseur souhaitait : être aussi gros et grand qu’une montagne ou aussi petit et fin qu’une aiguille. Cette arme était très lourde, mais seul Sun WuKong était capable de la soulever et de la manier avec autant de dextérité, car sa force était incommensurable. Non content de ce larcin, il convoqua les trois autres Souverains des Mers et les força à lui remettre un « casque d’or rouge à plumes de phénix » (鳳翅紫金冠), une « cuirasse d’or » (鎖子黃金甲), ainsi que des « bottes merveilleuses brodées de perles pour marcher et courir sur les nuages » (藕絲步雲履). Son comportement envers les Rois-Dragons les amena à porter plainte auprès de « l’Empereur de Jade » (玉帝). Comme était venu la fin de son existence, après une fête qu’il donnait, Sun WuKong s’endormit ivre et pendant son sommeil, il reçut la visite de deux émissaires des Enfers qui le garrottèrent et l’emmenèrent dans le Pays des Ombres. Persuadé qu’il y avait une erreur, il obligea les « Dix Rois des Enfers » (十閻王) à lui porter le « Registre des Vivants et des Morts » et muni d’un pinceau, il raya son nom et celui de tous ses compagnons.

Sun WuKongincarné par un acteur de l'Opéra de Pékin.

Sun WuKong incarné par un acteur de l’Opéra de Pékin.

Pour ce nouveau méfait, une autre plainte fut adressée à l’Empereur. Informé, ce dernier voulut dépêcher immédiatement son armée pour punir l’insolent, mais « l’Esprit de Vénus, le Très Blanc Astre de Métal » (太白金星) intercéda en sa faveur et persuada le monarque de convoquer le rebelle au Ciel et de lui donner un titre; ce fut celui de « BiMaWen » (弼馬温), « l’Écuyer Céleste », Responsable des Écuries du Ciel. Apprenant que ce grade était le plus bas de la hiérarchie, il s’enfuit et retourna dans son royaume, maudissant le Ciel et s’auto-proclamant « Grand Saint Égal du Ciel » (齊天大聖), ce qui eut pour effet de vexer l’Empereur de Jade, qui envoya le « Roi du Ciel Li » (李天王) et son fils, « NeZha, le Troisième Plus Haut Fils » (哪吒三太子) à la tête de son armée afin de le punir de son audace. Mais plus résistant qu’il n’y paraissait, le Roi des Singes parvint à vaincre ses adversaires, les uns après les autres, alors, à nouveau, « Le très Blanc Astre de Métal » intervint et convainquit le monarque de lui accorder son titre, puisqu’il ne rimait à rien au Ciel et lui accorda en plus la garde du jardin des pêches célestes. Arrivé au jardin, on lui expliqua que les pêches célestes prenaient des centaines d’année pour mûrir, et qu’elles procuraient l’immortalité à quiconque en mangeait. Lorsqu’il fut seul au milieu des pêchers, il dévora sans aucune retenue les plus beaux fruits. Plus tard, il reçut la visite des « YuNü » (玉女), suivantes de la « Reine-Mère d’Orient » (西王母), l’Impératrice du Ciel, venues cueillir des pêches dans son jardin pour la grande fête donnée en l’honneur des plus grands Immortels du Ciel.

dc837eb2b9e3c874e7765bae59f98540

WuKong repoussant l’Armée Céleste.

Comme il n’était pas sur la liste des invités, il endormit les suivantes, se rendit à l’endroit du festin endormir les serviteurs et s’y gava de tout ce qu’il pouvait y trouver. Ivre, il atterrit dans le palais de « LaoJun » (老君) et s’empara des pilules d’immortalité que celui-ci réservait aux convives du Ciel. Conscient de ce qu’il avait fait, il regagna son royaume, sans oublier de piller à l’intention de ses petits compagnons ce qu’il avait trouvé lors de la fête. Cette fois, les plaintes n’en finissaient plus de tomber à l’encontre du pillard et l’Empereur dut une fois de plus envoyer ses troupes cueillir le coupable, mais une fois de plus celui-ci resta invaincu. À bout de souffle, le Grand Monarque reçut la visite de « GuanYin » (觀音菩薩), déesse de la Miséricorde et de la Compassion, qui lui recommanda de faire appel à son neveu « ErLang » (二郎), pour venir à bout du Singe rebel. Convoqué à la cour, ErLang vint avec ses hommes et réussit là où tous les autres avaient échoué, mais aidé en cela par le patriarche LaoJun et Bodhisattva GuanYin. Sun WuKong, enfin capturé, fut soumis à toutes les exécutions possibles, mais sans aucun résultat.

Sun WuKong poursuivant le démon « Bai GuJing » (白骨精).

« LaoZi » (老子) proposa alors de l’enfermer dans son « Four aux Huit Trigrammes » (八卦爐) afin de lui retirer ses pouvoirs à jamais et le détruire. Alors que 49 jours s’étaient écoulés, on rouvrit le four et le Singe qui s’y était caché, en surgit soudainement et résolu à se venger, décida de tout saccager dans le Ciel. Enragé, il fut confronté à « Bouddha Shakyamuni  » (釋迦牟尼佛) qui le défia de quitter la paume de sa main. Vexé, le Roi des Singes releva le défi et perdit; le Grand Éveillé retourna sa paume et enferma le maudit Singe entre ses cinq doigts qu’il transforma en montagne nommée « Montagne des Cinq Doigts » (五手指山). Prisonnier d’un coffre de pierre, le rebelle du Ciel devait purger ainsi 500 années de captivité, nourri de pilules de fer et abreuvé de jus de bronze fondu par les « Shen » (神), Esprits du lieu, jusqu’à ce que le moine « SanZang » (三藏) vienne le délivrer et en fasse son disciple.

f1f84a8d3a7a8a481bb5ac41645a2169

Le Roi-Singe affrontant le Prince « NeZha » (哪吒).

Suite aux 49 jours passés dans le four divin aux Huit Trigrammes de LaoZi, ses yeux gagnèrent le don de reconnaître les démons polymorphes sous leurs différents avatars. Grâce aux flammes sacrées du fourneau, il acquit la vision transcendante qui lui vaudra le sobriquet : « Yeux de Feu et Pupilles d’Or » (火眼金睛). C’est ce qui l’amèna parfois à quelques différends avec son maître SanZang, qui peinait à le croire, mais il avoua lui-même ses limites : il nne graignait plus le feu depuis sa mésaventure dans le four de Laozi, mais il en garda une faiblesse et une crainte pour la fumée. Il ne pouvait voir que jusqu’à 1 000 lis le jour et seulement 300 la nuit. Pour contrôler son énergie incommensurable et canaliser son caractère belliqueux, SanZang lui fit porter un serre-tête en or donné par la Bodhisattva GuanYin, qui en récitant une prière, pouvait rétrécir et, ainsi, lui infliger une grande douleur en comprimant sa tête, si ses actes se révèlaient contraires aux « préceptes du Bouddha ».

Sun WuKong surgit du « Four aux Huit Trigrammes » (八卦爐).

A cause de son petit gabarit, les Monstres qu’il rencontrait sur son chemin ne se méfiaient pas assez de lui, lui donnant un avantage considérable pour l’effet de surprise lors des combats. Comme il eut une position assez haute dans la Hiérarchie Céleste, il pouvait se faire obéir des différents Esprits qui peuplent la planète, aussi le voyait-on souvent convoquer les « Ducs de la Terre » (土地公) et les « Esprits des Montagnes » (山神) pour l’aider quand le besoin se fesait sentir, ainsi que les milliers d’autres qui appartiennent à la mythologie chinoise. Dans Le Voyage vers l’Occident, nombreuses sont les références à la cosmogonie et à la cosmologie chinoises. On y parle des « Cinq éléments » (五行), du « Yin et du Yang » (陰陽) et des philosophies bouddhistes, confucianistes et Taoistes. Sun WuKong est souvent appelé le « Singe de l’Esprit » (心猿) ou encore le « Singe de Métal » (金猿). En effet le personnage de Sun WuKong symbolise le Métal, là où « Zhu BaJie » , son acolyte porcin, représente la Terre, le moine SanZang le Feu, Sha HeSheng le Bois et le Dragon changé en cheval, l’Eau, qui forment les Cinq éléments chinois. De même avec SanZang, Zhu BaJie et Sun WuKong qui représentent les trois courants de pensée chinoise : respectivement « Bouddhisme » (佛教), « Confucianisme » (儒家) et « Taoïsme » (道教).

Cet article, publié dans Culture chinoise, Culture japonaise, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s