Les 9 fils du Dragon 龍生九子


« Les Neuf fils du Dragon » (龍生九子) ou « Neuf Dragons » (九龍) sont des créatures de la mythologie chinoise. On retrouve certains d’entre eux comme protecteurs sur la majorité des édifice impériaux ou religieux dans tout le monde chinois (Chine, Japon, Vietnam, Corée). On les retrouve également parfois sous la représentation de neuf dragons tenant chacun une perle dans leurs griffes.

Détail du "mur des Neuf Dragons" à Pékin.

Détail du « mur des Neuf Dragons » à Pékin.

L’expression « le dragon a neuf fils » (龍生九子) existait déjà sous la « dynastie Ming » (明朝), quand l’empereur « Ming XiaoZong » (明孝宗) demanda à « Li DongYang » (李東陽/1447-1516), lettré employé au palais, quels étaient leurs noms. Li DongYang n’en savait rien, mais pour satisfaire l’empereur il proposa une liste de créatures fantastiques et auspicieuses présentes dans les textes antiques et les arts décoratifs. Comme l’introduction de cette liste qui se trouve dans le recueil « HuaiLu TangJi » (懷麓堂集) le précise : « les neuf fils ne sont pas des dragons mais chacun a son talent » :

NA-1111

  • « Qiu Niu » (囚牛) aime la musique, on le retrouve sur de nombreux instruments à cordes.
  • « Ya Zi » (睚眥) a mauvais caractère, on le retrouve sur les armes antiques.
  • « Chao Feng » (嘲風) ne craint rien, il aime prendre des risques, on le retrouve à l’angle des toits de nombreux bâtiments impériaux.
  • « Pu Lao » (蒲牢) adore rugir, lorsqu’il rencontre la grande baleine, il rugit de peur, on le retrouve notamment sur les cloches.
  • « Suan Ni » (狻猊) ressemble à un lion, on le retrouve sur les pieds des encensoirs ou en protecteur devant les portes.
  • « Bi Xi » (贔屭) ressemble à une tortue, il a une grande force et peut porter de très lourdes charges, il aime également l’écriture. On le retrouve souvent portant de hautes stèles comportant des textes.
  • « Bi An » (狴犴) ressemble à un tigre, il est sage et peut déterminer qui est bon et qui est mauvais, il apparaît dans les prisons et les tribunaux.
  • « Fu Xi » (負屭) aime la littérature, il est représenté sur des tablettes comportant de longs textes et parfois sur des sceaux.
  • « ChiWen » (螭吻) ou « ChiWei » (鴟尾) possède un corps de carpe et une tête de dragon, on le retrouve à l’angle des toits, il protège des incendies.

« Yang Shen » (楊慎), poète de la dynastie Ming, donne une liste un peu différente dans le « Sheng’An WaJi » (升庵外集/ »anthologie non officielle de Sheng’An »):

  • « Bi Xi » (贔屭)
  • « Chi Wen » (螭吻) ou « ChiWei » (鴟尾/ »queue de hibou »)
  • « Pu Lao » (蒲牢)
  • « Bi An » (狴犴)
  • « Tao Tie » (饕餮)
  • « Ba Xia » (𧈢𧏡) ou (蚣蝮)
  • « Ya Zi » (睚眦)
  • « Suan Ni » (狻猊)
  • « Jiao Tu » (椒图)

51e60c7665a6f

Le « neuf » est spécial en Chine car il est le plus grand chiffre parmi les autres, et les dragons chinois sont fréquemment associés à lui. Par exemple, un dragon chinois est communément décrit par neuf attributs, raison pour laquelle il en existe neuf formes. « Le mur des Neuf Dragons » (九龍壁) est un mur qui regroupe neuf dragons différents, et on le trouve dans les palais et les jardins impériaux chinois. Parce que le « neuf » est considéré comme le chiffre de l’empereur, seuls les plus hauts fonctionnaires étaient autorisés à en porter autant sur leurs robes, tandis que ceux de rang inférieur, n’étaient autorisés a n’en porter que huit ou cinq.

Cet article, publié dans Culture chinoise, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s