Carré mandarin 補子


Un « carré mandarin » (補子) était un grand insigne brodé et cousu sur la robe des fonctionnaires en Chine impériale, en Corée et au Vietnam. Il était orné d’animaux ou d’oiseaux, indiquant le grade et la fonction du dignitaire qui l’arborait. Les carrés de mandarin furent autorisés pour la première fois en 1391, pendant la « dynastie Ming » (明朝). L’utilisation de carrés représentant des oiseaux pour des fonctionnaires civils et des animaux pour des fonctionnaires militaires était une excroissance de l’utilisation de carrés semblables, à usage décoratif, sous la « dynastie des Yuan » (元朝).

Les normes concernant le port codifié des robes de cour sous les Ming furent publiées en 1368, mais ne furent pas référence aux carrés brodés en tant qu’insignes de rang. Ceux-ci continuèrent à être utilisés sous les « Qing » (清朝), jusqu’à ce que le système impérial soit aboli en 1912. Les nobles et les fonctionnaires Ming portaient cette étoffe sur des robes rouges dont le motif s’étendait d’un côté à l’autre du vêtement, recouvrant complètement la poitrine et le dos, impliquant que l’insigne soit légèrement trapézoïdale, avec les sommets plus étroits que ceux de la base. Sous les Ming, le statut social ne se référait jamais au nombre d’animaux ou d’oiseaux apparaissant sur les carrés brodés. Au début, ces derniers étaient souvent représentés par paires, en plein vol, sur fond de nuages, ou d’autres variantes ne montraient qu’un seul oiseau au sol (voir exemple en dessous).

Une différence notable existait entre les styles de carrés mandarins Ming et Qing : ceux des Qing étaient plus petits avec une bordure décorative, et bien que que la symbolique des oiseaux et des animaux n’aient que peu changé au cours de l’histoire, la conception des insignes brodés a subi une évolution presque continuelle. Selon le rang, les nobles de cette période portaient leurs vêtements officiels respectifs. Les princes, y compris de rang « Qin Wang » (親王/de premier rang) et « Jun wang » (郡王/de second rang), portaient quotidiennement des robes noires, par opposition aux robes bleues de juges, et avaient quatre motifs circulaires de dragons à cinq griffes, dont un sur chaque épaule, et deux autres sur le devant et le dos de leur robe, contrairement à la conception esthétique habituelle. Les « BeiLe » (貝勒) et les « BeiZi » (貝子), princes de rang inférieur, avaient sur leurs vêtements officiels un motif circulaire de dragons à quatre griffes appelés « Grands Serpents » (巨蟒). Les ducs, les généraux, les marquis et les comtes, avaient deux dragons à quatre griffes, tandis que les vicomtes et les barons avaient des grues et des faisans dorés comme pour les mandarins de premier et second rang.

Publicités
Cet article, publié dans Culture chinoise, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s