Sakra 帝釋


« Sakra » (शक्र/ »DiShi ZunTian » [帝釋尊天] en chinois/ »Taishakuten » [帝釈天] en japonais), dont le nom complet est « Śakro devānām indraḥ », est une divinité dérivée de l’ancienne tradition védique indienne et seigneur des « trente-trois cieux » (三十三天/ »Trāyastriṃśa »), l’un des six mondes célestes du « Royaume du désir » (欲界天) de la cosmologie bouddhiste. Le Trāyastriṃśa se situe au sommet du « Mont Sumeru » (須彌山), centre polaire du monde physique, autour duquel tournent le Soleil et la Lune. Il est le plus élevé des cieux en contact direct avec la Terre. Comme les autres divinités de ce paradis, Śakra vit très longtemps, mais reste mortel. Quand un Śakra meurt, sa place est prise par une autre divinité qui devient le nouveau Śakra. Des histoires bouddhiques à propos de divinité se trouvent dans les « Jātaka » (जातक/本生/ »vies antérieures du Bouddha ») et dans plusieurs « sutras » (經), en particulier dans le « Samyutta Nikāya » (雜阿含經). Sakra est marié à « Sujā », fille du chef des « Asuras » (असुर/阿修羅), Vemacitrin (毗摩質多羅). Le terme « Śakra » est le nom propre et non une épithète de cette divinité, à l’inverse « d’Indra » (इन्द्र/因陀羅), terme parfois utilisé pour désigner Sakra, au sens de « Seigneur ». Dans la tradition chinoise, il est assimilé à « l’Empereur de jade » (玉皇大帝), appelé généralement le « Vieux Seigneur du Ciel » (老天爺) par le peuple.

« Sakra » (大帝釋尊天).

Dans l’art bouddhiste, Sakra est souvent représenté avec « Brahma » (梵天/le dieu créateur dans la tradition védique) rendant hommage au Bouddha. Ils sont souvent représentés lui donnant son premier bain à sa naissance, et lui demandant de leur délivrer ses enseignements au nom d’autres êtres sensibles, et l’escortant lors de ses voyages vers/depuis les royaumes célestes pour enseigner le « Dharma » (法/ »Loi bouddhiste »).  En raison de l’interprétation bouddhiste chinoise et de l’identification de Sakra avec l’Empereur de Jade, l’anniversaire de Sakra est également célébré le même jour que ce dernier. Il convient de noter à nouveau que les bouddhistes n’adorent ni ne vénèrent les dieux eux- mêmes, parce que ceux-ci ne sont pas des êtres illuminés. Du point de vue du bouddhisme, la vénération ou la prise de refuge spirituel sous les dieux et les esprits ordinaires est inappropriée parce que les bouddhistes ne suivent que des êtres éveillés comme les bouddhas et les « bodhisattvas » (菩薩). Cependant, il est considéré comme acceptable et propre à offrir des actions de grâces aux dieux qui donnent leur soutien et protègent la loi bouddhiste. Par conséquent, les adeptes de la tradition bouddhiste chinoise conduisent généralement une cérémonie appelée « faire des offrandes aux Bouddhas et observer un jeûne pour rendre hommage aux dieux » (供佛齋天). Celle-ci vise à remercier et honorer « 24 divinités célestes » (二十諸天), dont Sakra et Brahma, pour leur rôle en tant que « Dharmapalas » (護法神/ »Protecteurs du Dharma »), dont voici la liste :

Publicités
Cet article, publié dans Culture chinoise, Culture japonaise, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s