Brocart YunJin de NanJing 南京雲錦


« YunJin de Nanjing » (南京雲錦) fait référence aux magnifiques brocarts fabriqués dans la ville du même nom, capitale de la province orientale du « JiangSu » (江蘇省). Parmi tous les tissus anciens, le tissu de soie connu sous le nom de « jin » (錦) représente les meilleurs arts et métiers de l’industrie. En outre, le brocart de NanJing a absorbé tous les meilleurs savoir-faire en tissage de tissus de soie et les savoir-faire des dynasties passées et se classe premier en qualité parmi le « brocart de ChengDu » (成都錦) dans la « province du SiChuan » (四川省), le brocart de « SuZhou » (蘇州錦) dans la province de JiangSu et le « brocart Zhuang » (壯錦) dans la province du sud-ouest du « GuangXi » (廣西省). Grâce à sa riche signification culturelle et scientifique, le brocart de NanJing est considéré par les experts comme « la dernière étape de l’histoire technologique des tissus de soie chinois ».

L’histoire de YunJin de NanJing remonte à la période des « trois royaumes » (三國/220-280). Au cours d’une guerre qui éclata à la fin de la « dynastie des Jin orientaux » (東晉/317-420), le Général « Liu Yu » (劉裕) mit en déroute le « royaume de Qin » (秦國), plus tard basé à « Xi’An » (西安/384-417). La victoire ramena tous les artisans de Xi’an à « JianKang » (建康), l’actuelle ville de NanJing, parmi laquelle les tisserands de brocart constituaient une force dominante. Ces derniers étaient des artisans de premier plan dans tout le pays et avaient acquis de nombreuses compétences auprès de groupes ethniques minoritaires. Le gouvernement en place y créa un bureau spécial pour le brocart afin de gérer la production de cette étoffe.

Plus tard pendant la « dynastie des Yuan » (元朝/1279-1368), les « Mongols » (蒙古族) conquirent la Chine centrale et les souverains définirent ensuite une tradition consistant à décorer la robe d’officier avec de l’or et de l’argent. Avec l’épanouissement et l’exploitation des mines d’or, les tisserands ajoutèrent du vrai fil d’or au brocart de NanJing. l’étoffe étincelante séduit immédiatement les rois féodaux et les aristocrates et fut populaire parmi les minorités ethniques telles que les Mongols, les « tibétains » (藏族) et les « Ouïgours » (維吾爾族). Sous les dynasties Yuan, « Ming » (明朝/1368-1644) et « Qing » (清朝/1644-1911), les dirigeants créèrent des bureaux officiels des tissus à NanJing pour l’administration, le monopole de la production et la commercialisation du brocart. Ils les répertorièrent comme l’un des hommages particuliers rendus aux empereurs.

« Robe Dragon » (蟒袍) confectionnée en tissu « YunJin » (雲錦).

La technique de tissage de ces brocarts fut perfectionnée à plusieurs reprises malgré des coûts élevés, à la fois en termes de temps consommé et de matériaux utilisés. Au milieu de la dynastie Qing, l’essor de la production du brocart atteint son apogée. Dans les nombreux foyers commerçants de tissus situés le long de la « rivière QinHuai » (秦淮河) à NanJing, le tissage se faisait entendre jour après jour et nuit après nuit, et un résultat sans précédent dans la production naquit. Les archives indiquent que plus de 30 000 métiers à tisser étaient exploités dans la production de brocart et que 300 000 personnes en vivaient. Un pouce du brocart de NanJing aurait été aussi précieux qu’une once d’or. Ce qui est intéressant, c’est que le brocart délicat et doux est issu de métiers à tisser en bois d’une longueur pouvant atteindre 5,6 mètres de long, 4 mètres de haut et 1,4 mètre de large. Ceux-ci à avaient besoin de deux opérateurs, l’un en haut et l’autre en bas, dans la délicate séquence de production aussi compliquée qu’un langage de programmation informatique actuel. Le processus a montré l’incroyable talent des Chinois du passé. La personne assise au métier à tisser était connue sous le nom de « tire-fil ». Tout ce qu’il avait à faire était de tirer le fil en ligne dans la séquence de filetage, correspondant aux commandes entrées dans le clavier de l’ordinateur d’aujourd’hui. La personne assise sur la partie inférieure du métier à tisser s’appelait un « tisserand ».

Il élabora le motif et créa les matériaux en brocart à l’aide de fils dorés ou multicolores. La pièce tissée devant le tisserand ressemblait à un écran d’ordinateur. La technologie de tissage du brocart est extrêmement complexe, et aucune machine moderne n’a encore été en mesure de remplacer les anciens métiers à tisser. Il existe principalement quatre catégories de brocart : le tissage de l’or (dans lequel l’or est pressé dans une feuille puis coupé en morceaux ressemblant à un fil pour être torsadés et ensuite tissés sur des métiers à tisser). Les quatre catégories servent de matériaux pour les robes des empereurs, les robes de reines et les châles, les vêtements de concubine, les décorations pour les cours impériales et les articles d’usage quotidien, y compris les coussins, les matelas, les oreillers et les couettes. Le brocart de NanJing constitua de précieux cadeaux aux empereurs à que ces derniers donnèrent aux rois et aux ministres étrangers.

Le gouvernement chinois a dépensé environ 10 millions de « RenMinBi » (人民币) pour la protection et la conservation de NanJing de YunJin. Le « Nanjing Brocade Research Institute » a entrepris une étude approfondie et une rectification des archives historiques et a réussi à copier l’une des soieries les plus remarquables de la tombe de « Ma WangDui » (馬王堆). Ce manteau en soie à manches longues de 1,28 mètre est aussi léger que la brume et ne pesant que 49 grammes. L’institut a également publié 200 volumes sur les objets en brocart et la monographie la plus complète sur l’histoire du développement de l’art. Il s’appelle la chronique de brocart.

Cet article, publié dans Culture chinoise, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s