Prunier 梅


En Chine, la « fleur de prunier » (梅花/ »MeiHua » en chinois) est un symbole particulièrement évocateur. Elle est la fleur de l’hiver, annonciatrice du printemps. Son motif est souvent associé à la craquelure de la glace. Le prunier est le premier arbre à fleurir dans l’année, avant même que ses feuilles se soient développées et même sous la neige. On dit que sa floraison est d’autant plus belle que la plante a subi les rigueurs de l’hiver. La fleur de prunier est toujours représentée avec cinq pétales et fut choisie en 1911 comme la fleur nationale de la « république de Chine » (中華民國/aujourd’hui « TaïWan » [臺灣]). Les cinq pétales, exactement comme les cinq couleurs du premier drapeau de la république chinoise, symbolisent les cinq peuples de la Chine: les Chinois « Han » (漢族), les « Mongols » (蒙古族), les « Mandchous » (滿族), les « Mahométans » (regroupant les groupes ethniques de confession musulmane) et les « Tibétains » (藏族).

9553806_121454605177_2

Les cinq pétales représentent aussi les cinq éléments du « TaiJi Quan » (太極拳). La fleur de prunier est quelquefois utilisée pour symboliser « l’Alchimie taoïste » (煉丹) et elle fait alors référence aux « cinq éléments » du TaiJiQuan. Elle fait aussi référence à la persévérance requise dans la démarche de cette discipline et à la fin de « l’hiver » de l’être humain, quand « le printemps » du naturel le touche, l’enveloppe dans ses pétales accueillants. C’est une représentation de notre résilience. Les légendes chinoises disent que les « Immortels taoïstes » (仙人) se nourrissent de fleurs de prunier et « Lao-Tseu » (老子) serait né au pied d’un prunier.

La disposition resserrée des cinq pétales de la fleur de prunier symbolisent l’harmonie, l’unité des différentes parties de notre corps, des êtres humains entre eux et de tout ce qui existe. Cette floraison, à la fin de l’hiver, dans le grand froid et la neige abondante, une floraison qui revient chaque année, infailliblement, évoque la force de la vie, l’espoir, la vaillance, la ténacité, la continuité, la santé et la longévité. La fleur de prunier représente aussi la retenue et la simplicité. En effet, elle fleurit et donne à voir sa beauté pendant que les autres fleurs se préparent, puis elle leur laisse la place dès que celles-ci apparaissent. Son travail est alors achevé. Le « président Mao » (毛澤東) a écrit un célèbre poème sur les fleurs de prunier, et plusieurs de femmes chinoises se prénomment aujourd’hui « Fleur de Prunier »… De tout temps, la fleur de prunier a inspiré les musiciens, les peintres et les poètes. Ainsi, l’expression aller « fouler la neige à la recherche de la fleur de prunier  » () signifie être à la recherche d’un sujet d’inspiration. Il y a 1 800 ans, à « l’époque Song » (宋朝), « Zhong Ren » (仲仁) écrivait dans son « Traité de la peinture du prunier » (華光梅譜), qu’il fallait considérer le prunier comme un symbole de l’univers dont il était en quelque sorte le modèle réduit. Pour exprimer un souhait de bonheur ou de plaisir, on mêle les fleurs de prunier aux « fleurs de pêcher » (桃花).

11734610_115355267146_2

山園小梅

林逋

眾芳搖落獨暄妍,
佔盡風情向小園。
疏影橫斜水清淺,
暗香浮動月黃昏。

霜禽欲下先偷眼,
粉蝶如知合斷魂。
幸有微吟可相狎,
不須檀板共金樽

« Le petit prunier du Jardin de Montagne »
de « Lin Pu«  (林逋)

« Toutes les fleurs sont étiolées; lui seul, il resplendit,
Vainqueur de tout le petit monde du jardin.
Son ombre clairsemée zèbre une eau pure et peu profonde,
Son parfum flotte obscurément dans la soirée où se lève la lune.

L’oiseau aux ailes givrées, avant de se poser, le regarde à la dérobée;
Si le papillon poudré le savait, il serait jaloux.
Mais, par de subtiles chansons, l’oiseau sait faire sa coure :
Point n’a besoin de claquettes de santal ni de coupes d’or »

Le genre « Prunus Mume », terme botanique pour désigner cette espèce, est un arbre à feuilles caduques qui commence à fleurir en plein hiver, généralement entre janvier et la fin février en Asie de l’Est, pouvant atteindre 4 à 10 mètres de hauteur. Les fleurs ont un diamètre de 2–2,5 cm et une forte odeur parfumée. Ils ont des couleurs dans différentes nuances de blanc, rose et rouge. Les feuilles apparaissent peu de temps après la chute des pétales, sont ovales à bout pointu et mesurent 4–8 cm de long et 2,5–5 cm de large. Le fruit mûrit au début de l’ été, autour de Juin et Juillet en Asie de l’ Est, et coïncide avec la saison des pluies d’Asie de l’ Est, le « MeiYu » ( 梅雨/ »pluie de prunes »). La drupe a un diamètre de 2 à 3 centimètres avec une rainure allant de la tige à la pointe. La peau devient jaune, parfois avec un rougissement, au fur et à mesure qu’elle mûrit et la chair devient jaune. L’arbre est cultivé pour ses fruits et ses fleurs .

La plante est connue sous différents noms en anglais, notamment « Chinese plum » et « Japanese apricot ». Un nom alternatif est « Ume », du japonais, ou « Mume », du nom scientifique. Un autre nom alternatif est « Mei », du chinois. La fleur y est connue sous le nom de « MeiHua » (梅花), ce qui a fini par être traduit par « fleur de prunier » ou parfois par « prune en fleurs ». Le terme « prune d’hiver » peut également être utilisé, en particulier en ce qui concerne la représentation de la fleur avec sa floraison précoce dans la peinture chinoise. Le fruit est appelé « MeiZi » (梅子). Des variétés d’arbres d’ornement et des cultivars de « P. Mume » ont été cultivés pour la plantation dans divers jardins en Asie orientale et pour les branches en fleurs coupées utilisées dans les compositions florales. En Chine, il existe plus de 300 cultivars de « Prunus Mume » enregistrés. Celles-ci sont classées par phylogénétique (Prunus Mume et deux hybrides) en branches, types de branches en groupes et caractéristiques des fleurs sous plusieurs formes :

  • « ZhiZhiMei Lei » (直枝梅類/Type linéaire) Prunus Mume var. Typica.
  • « PinZiMei Xing » (品字梅型/Forme de Pleiocarpa).
  • « JiangMei Xing » (江梅型/Forme à fleur unique).
  • « GongFen Xing » (宮粉型/Double forme rose).
  • « YuDie Xing » (玉蝶型/Forme Alboplena).
  • « HuangXiang Xing » (黃香型/Forme de Flavescens).
  • « Lü’E Xing » (綠萼型/Forme de calice vert).
  • « SaJin Xing » (灑金型/Forme Versicolor).
  • « ZhuSha Xing » (硃砂型/Forme pourpre du cinabre).
  • « ChuiZhiMei Lei » (垂枝梅類/Groupe de Pendulous Mei), Prunus mume var. Pendula. « FenHua ChuiZhi Xing » (粉花垂枝型/Forme pendante rose).
  • « WuBao ChuiZhi Xing » (五寶垂枝型/Forme pendante Verbocolor).
  • « CanXue ChuiZhi Xing » (殘雪垂枝型/Forme pendante Albiflora).
  • « BaiBi ChuiZhi Xing » (白碧垂枝型/Forme pendante de Viridiflora).
  • « GuHong ChuiZhi Xing » (骨紅垂枝型/Forme pendante d’Atropurpurea).
  • « LongYouMei Lei » (龍游梅類/Groupe dragon tortueux), Prunus Mume var. Tortuosa.
  • « XingMei Lei » (杏梅類/Groupe d’abricot), Prunus Mume var. Bungo Y.
  • « YingLiMei Lei » (櫻李梅類/Groupe Blireiana), Prunus X Blireiana, Prunus cerasifera ‘Pissardii’ X Prunus mume Alphandii.

Il est contesté que « Prunus zhengheensis » (政和杏) est une espèce distincte de son congénère Prunus mume. On le trouve dans la province chinoise du « FuJian » (福建省). Il n’est connu que d’un seul comté, « ZhengHe » (政和縣). C’est un arbre de 35 à 40 m de haut, préférant pousser de 700 à 1000m d’altitude. Le fruit jaune est délicieux. Au Japon, les cultivars ornementaux de Prunus Mume sont classés en types « yabai » (野梅/ »sauvage »), « hibai » (緋梅/ »rouge ») et « bungo » (豊州/de la province du même nom). Les bungo sont également des fruits et sont des hybrides entre Prunus mume et abricot. Les arbres hibai ont un cœur rouge et la plupart d’entre eux ont des fleurs de la même couleur. Les yabai sont également utilisés comme matériel de greffe .

409

En Chine continentale et à Taiwan, le « SuanMeiTang » (酸梅湯/ »jus de prune aigre ») est fabriqué à partir de prunes fumées, appelées « WuMei » (烏梅). Le jus de prune est extrait à l’eau bouillante de prunes fumées et sucré pour en faire le fameux dessert. Il varie du rose-orange clair au noir violacé et a souvent un goût fumé et légèrement salé. Il est traditionnellement aromatisé avec des « fleurs d’osmanthe » (桂花) douces et se déguste frais, généralement en été. En Corée, les fleurs et les fruits sont utilisés pour faire du thé. « Maehwa-cha » (매화차/梅花茶/ »thé aux fleurs de prunier ») est fabriqué en infusant les fleurs dans de l’eau chaude. Le « Maesil-cha » (매실차, 梅實茶/ »thé aux prunes ») est préparé en mélangeant de l’eau avec du « maesil-cheong » (매실청/梅實淸/ »sirop de prunes ») et est servi chaud ou froid. Au Japon, une boisson similaire à base de prunes vertes, au goût sucré et acidulé, est considérée comme une boisson froide et rafraîchissante et est souvent appréciée en été.

GeruiWang-Detail-InkPlumBlossom

Une sauce chinoise épaisse et douce appelée « MeiJiang » (梅醬) ou « MeiZiJiang » ( 梅子醬 ), généralement traduite par «sauce aux prunes», est également préparée à partir de prunes, ainsi que d’autres ingrédients tels que le sucre, le vinaigre, le sel et le gingembre, chili et ail. Semblable à la sauce au canard , il est utilisé comme condiment dans divers plats chinois, notamment les plats à base de volaille et les « rouleaux aux œufs » (蛋卷). En Corée, le maesil-cheong, sirop antimicrobien fabriqué à partir de sucres de prunes mûres, est utilisé comme condiment et substitut du sucre. On peut le préparer en mélangeant simplement les prunes et le sucre, puis en les laissant environ 100 jours. Pour fabriquer le sirop, le rapport sucre/prune doit être au moins égal à 1 : 1 pour éviter la fermentation, ce qui permet au liquide de se transformer en vin de prune. Les prunes peuvent être retirées au bout de 100 jours et le sirop peut être consommé immédiatement ou mûri pendant un an ou plus. En Corée, le « hwajeon » (화전/花煎/ »pancake de fleurs ») peut être fabriqué avec des fleurs de prunier. Appelé « maehwa-jeon » (매화전/梅花煎/ »galette de fleur de prunier »), le plat à crêpes est généralement sucré, avec du miel comme ingrédient. La liqueur de prune, également connue sous le nom de « vin de prune » (梅酒), est populaire au Japon et en Corée, et est également produite en Chine. « Umeshu » (梅酒/ »vin de prune ») est une boisson japonaise alcoolisée préparée en trempant des prunes vertes dans du « shōchū » (焼酎/liqueur claire). C’est doux et lisse. Un alcool similaire en Corée, appelé « maesil-ju » (매실주, 梅實酒/ »vin de prune »), est commercialisé sous diverses marques, notamment « Mae hwa soo », « Matchsoon » et « Seoljungmae ». Les variétés japonaises et coréennes de liqueurs de prune sont disponibles avec des fruits de prune entiers contenus dans la bouteille. A Taiwan, une innovation des années 1950 a popularisé le vin de prune de style japonais portant le nom de « WuMeiJiu » (烏梅酒/ »liqueur de prune fumé »), qui est fait par le mélange de deux types de liqueur de prune, « MeiJiu » (梅酒) en « Prunus Mume » et « LiJiu » (李酒) à base de « Prunus salicina » et de liqueur de « thé oolong » (烏龍茶). Au Vietnam, les prunes mûres sont macérées dans de la liqueur de riz gluant. La boisson résultante est appelée « rượu mơ ».

Le Prunus Mume est un fruit commun en Asie et utilisé dans la médecine traditionnelle chinoise. Il a longtemps été utilisé comme drogue traditionnelle et comme aliment sain dans les pays d’Asie de l’Est. Une étude récente a indiqué que l’extrait de Prunus Mume est un candidat potentiel pour la mise au point d’un agent antimicrobien oral permettant de contrôler ou de prévenir les maladies dentaires associées à plusieurs bactéries pathogènes orales. Des études récentes ont également montré que l’ extrait de Prunus Mume pouvait inhiber « l’Helicobacter pylori », associé à une gastrite et à un ulcère gastrique. Des expériences sur des rats suggèrent que l’extrait de Prunus Mume administré pendant un entraînement d’endurance peut augmenter la capacité oxydative du muscle squelettique et peut amener le muscle à préférer les acides gras à son utilisation comme carburant, plutôt que les acides aminés ou les glucides, contribuant ainsi à l’endurance.

Dans le « Confucianisme » (儒家), la fleur de prunier représente les principes et les valeurs de la vertu. Plus récemment, il a également été utilisé comme une métaphore pour symboliser la lutte révolutionnaire depuis le début du XXe siècle. Comme elle fleurit en hiver, la fleur de prunier est considérée comme l’un des « Trois amis de l’hiver » (歲寒三友), avec le « pin » (松) et le « bambou » (竹). La fleur de prunier est également considérée comme l’un des « Quatre messieurs » (四君子) des fleurs dans l’art chinois avec « l’orchidée » (蘭), le « chrysanthème » (菊) et le « bambou » (竹). Il s’agit d’une des «fleurs des quatre saisons» qui se compose de l’orchidée (printemps), du lotus (été), du chrysanthème (automne) et de la fleur de prunier (hiver). Ces regroupements sont répétés dans l’esthétique chinoise de l’art, de la peinture, de la littérature et de la conception des jardins. Un exemple de la signification littéraire de la fleur de prunier se trouve dans la vie et l’oeuvre du poète « Lin Bu » (林逋) de la dynastie Song (960-1279). Pendant la majeure partie de sa vie, Lin Bu a vécu en réclusion dans un cottage près du « lac de l’ouest » (西湖), à « HangZhou » (杭州), en Chine. Selon des récits, il aimait tellement les fleurs de prunier et les grues qu’il considérait la fleur elle-même comme son épouse et les grues comme ses enfants, afin de pouvoir vivre en paix dans la solitude.

Le poète « Lin Bu » (林逋).

La « princesse ShouYang » (壽陽公主), fille de « l’empereur Wu » de Liu/Song ([劉]宋武帝), figurant en bonne place dans une légende chinoise sur les fleurs de prunier, raconte qu’une fois le 7ème jour du 1er mois lunaire, cette dernière se reposait sous les combles du palais, non loin des pruniers des jardins environnants, une fleur, portée par le vent, se posa sur son beau visage, laissant une empreinte florale sur son front qui rehaussait sa beauté. Les dames de la cour auraient été tellement impressionnées qu’elles commencèrent à décorer leur propre front avec le même motif délicat de fleurs de prunier. C’est aussi l’origine mythique de la mode florale, « MeiHua Zhuang » (梅花妝/littéralement « maquillage de fleur de prunier »), qui tire son origine de la « Dynasties du Sud » (南朝/420-589) et devint populaire parmi les dames des « dynasties Tang » (唐朝/618-907) et « Song » (宋朝/960-1279). La princesse ShouYang est célébrée en tant que déesse de la fleur de prunier dans la culture chinoise.

« Princesse ShouYang » (壽陽公主).

Au cours de la « dynastie Ming » (明朝/1368-1644), le concepteur de jardin « Ji Cheng » (計成) écrivit sa monographie définitive d’architecture de jardin, « YuanYe » (園冶), dans laquelle il décrivait le prunier comme la « belle femme de la forêt et de la lune ». L’appréciation de la nature la nuit joue un rôle important dans les jardins chinois. Pour cette raison, il existe des pavillons classiques qui témoignent de la tradition consistant à observer les fleurs de prunier au clair de lune. Les fleurs sont vues et appréciées par beaucoup alors que des festivals annuels de fleurs de prunier ont lieu pendant les saisons de floraison du Prunus. Les fleurs de prunier sont souvent utilisées comme décoration pendant la « fête du printemps » (春節) et restent populaires parmi les plantes de jardinage miniatures de l’art « PenJing » (盆景/plus connu au Japon sous le nom de « Bonsai »). Les branches de fleurs de prunier sont souvent disposées dans des vases en porcelaine ou en céramique, tels que le « MeiPing » (梅瓶/littéralement « vase à prunes »). Ces vases peuvent contenir des branches simples et sont traditionnellement utilisés pour mettre en valeur les fleurs de prunus dans une maison depuis le début de la dynastie Song (960-1279). La lignée du célèbre artiste martial « Moy Yat » (梅逸/28 juin 1938 – 23 janvier 2001), spécialisé dans la forme de « Kung Fu » (功夫) « Wing Chun » (詠春), utilise comme emblème la fleur de prunier rouge, celle-ci figurant notamment sur les tuiles de « Mahjong » (麻將/麻雀).

Prunus miniature en pot, dit « PenJing » (盆景).

La fleur nationale de la République de Chine (Taiwan) a été officiellement désignée comme la fleur de prunier par le « Yuan exécutif » (行政院) de la République de Chine le 21 Juillet 1964. Elle est le symbole de la résilience et de la persévérance face à l’adversité au cours d’un hiver rigoureux. Le triple groupement d’étamines (trois étamines par pétale) sur l’emblème national représente les « Trois principes du peuple » (三民主義) de « Sun Yat-sen » (孫逸仙), tandis que les cinq pétales symbolisent les cinq branches du gouvernement. Il sert également de logo à « China Airlines », la compagnie aérienne nationale de Taiwan. La fleur figure également sur certaines pièces du nouveau dollar taïwanais.

C’est un motif de fleur populaire, parmi d’autres fleurs, pour la broderie coréenne. Les « Maebyong » (매병) sont des vases pour prunus dérivés du « MeiPing » chinois et sont traditionnellement utilisés pour mettre en valeur les branches de prunier en fleurs. Celles-ci sont souvent mentionnées dans la poésie japonaise comme un symbole du printemps. Lorsqu’elles sont évoquées dans le « haiku » (俳句) ou le « renga » (連歌), ils forment un « kigo » (季語), idiome de printemps pour le début de cette saison. Les fleurs sont associées à la « La Bouscarle chanteuse » (鶯/ »Horornis diphone »/petit passereau) japonaise et représentées ensemble sur l’une des douze couleurs de « hanafuda » (花札/cartes à jouer japonaises). Les fleurs de prunier ont été favorisées pendant la « période Nara » (奈良時代/710–794) jusqu’à l’émergence de la « période Heian » (平安時代/794–1185) au cours desquelles la fleur de cerisier a été préférée. La tradition japonaise estime que les fleurs de prunier fonctionnent comme un charme de protection contre le mal, de sorte qu’elle est traditionnellement plantée dans le nord-est du jardin, direction par laquelle le mal est supposé venir. Le fait de manger des fruits au vinaigre au petit-déjeuner est également censé éviter les malheurs. Au Vietnam, en raison de la beauté de l’arbre et de ses fleurs, le mot « maï » est utilisé pour nommer les filles. Le plus grand hôpital de « Hanoi » est nommé « Bạch Mai » (fleur de prunier blanc), tandis qu’un autre hôpital de Hanoi est baptisé « Mai Hương » (« l’odeur de la prune »), situé dans la rue « Hong Mai » (fleur de prunier rose). « Hoàng Mai » (« fleur de prunier jaune ») est le nom d’un district de Hanoi.

Cet article, publié dans Culture chinoise, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s