Nüe 鵺


Dans le « Heike Monogatari » (平家物語/ »Le Dit de Heike »), le « Nüe » (鵺) est décrit comme une chimère ayant le visage d’un singe, les pattes d’un tigre , le corps d’un « tanuki » (狸/chien-viverrin) et un serpent en guise de queue. Le « Genpei Jōsuiki » (源平盛衰記) le décrit comme ayant le dos d’un tigre, les pattes d’un tanuki, la queue d’un renard, la tête d’un chat et le torse d’un poulet. En raison de son apparence, elle est parfois appelée « chimère japonaise ». On dit qu’il fait des cris d’oiseaux terriblement étranges, qui ressemblent à ceux de la « Grive Dama » (虎鶫/ »Zoothera dauma »). On dit également que le Nüe a la capacité de prenfdre la forme d’un nuage noir, lui permettant de voler. On pense également que le « yokai » (妖怪/être surnaturel) est nocturne car la plupart de ses observations eurent lieu la nuit. Son nom écrit en « kanji » (漢字/caractères chinois utilisés utilisés dans la langue japonaise) comprend les particules « nuit » (夜) et « oiseau » (鳥).

On pense que le Nüe a commencé à apparaître à la fin de la « période Heian » (平安時代). Pour une datation plus précise, différentes sources revendiquent des périodes différentes, comme la période de « l’Empereur Nijō » (二条天皇), la période de « l’Empereur Konoe » (近衛天皇) , la période de « l’Empereur Go-Shirakawa » (後白河天皇) ou la période de « l’Empereur Toba » (鳥羽天皇). L’aspect visuel peut être une combinaison des animaux du cycle sexagénaire, avec le tigre du nord-est, le serpent du sud-est , le singe du sud-ouest et un chien/sanglier du nord-ouest. La particule « 夜 » dans le caractère « 鵺 » est une composante phonétique et n’a donc pas de sens en tant que tel. En raison de l’utilisation du « Man’yōgana » (万葉仮名/ancienne forme des kanas japonais et sont apparus durant la « période Nara » [奈良時代/710-794]), l’orthographe historique est connue pour avoir été « Nuye ». À cette époque, cependant, elle avait une signification sémantique différente en se référant à la fameuse grive Dama. Au Japon, elle est considéré comme un oiseau qui « pleure » la nuit, et le mot peut être vu dans le « Kojiki » (古事記) et le « Man’yōshū » (万葉集) décrivant ce phénomène. Puisque les gens de la période Heian considéraient ce chant comme un mauvais présage, on considérait alors cet oiseau comme néfaste, et il est dit que lorsque l’empereur ou les nobles entendaient ses « plaintes », ils faisaient des prières pour que rien de désastreux ne se produise. Dans un sens dérivé, le mot « Nüe » est également utilisé pour désigner des entités de forme inconnue. Au « port d’Osaka » (大阪港), le Nüe est utilisé comme motif dans la conception de son emblème. De la légende de « Nuezuka » (鵺塚/ »Butte du Nüe »), ce dernier a été sélectionné en raison de sa relation avec la « baie d’Osaka » (大阪湾).

122538495831116131984

Le Heike Monogatari et le « Settsu Meisho Zue » (摂津名所図絵/ »vues célèbres de la province de Settsu ») de la « province de Settsu » (摂津国) racontent l’histoire du massacre des Nue : Dans les dernières années de la période Heian, à l’endroit où vivait l’empereur Konoe, au « Seiryō-den » (清涼殿), apparut un nuage de fumée noire accompagné d’un étrange voix cri qui retentissait, provoquant la peur l’empereur. Par la suite, ce dernier tomba gravement malade, et ni la médecine ni les prières n’eurent d’effet sur cette malédiction. Un proche se souvint que « Minamoto no Yoshiie » (源義家), samouraï du « clan Minamoto » (源), avait utilisé de par le passé une flèche pour mettre un terme au cas mystérieux d’un cri d’oiseau et donna l’ordre à un maître-archer, « Minamoto no Yorimasa » (源頼政), de tuer la créature. Une nuit, Yorimasa sortit pour tuer la bête avec son serviteur « Ino Hayata » (猪 早 太 ou 井 早 太), muni d’une flèche faite d’une pointe qu’il avait hérité de son ancêtre « Minamoto no Yorimitsu » (源頼光) et de plumes de la queue d’un oiseau de montagne. La fumée noire commença à se répandre au dessus de la demeure Seiryō. Yorimasa tira sa flèche en plein cœur,et aussitôt un hurlement retentit et le Nüe, blessé, chuta aux abords de la partie nord du château. Ino Hayata s’y précipita et l’acheva. Dans le ciel, au-dessus de la cour impériale, deux ou trois cris de coucou commun pouvaient être entendus, et on dit ainsi que la paix revint. A la suite de cela, la santé de l’empereur se rétablit immédiatement et Yorimasa reçut « l’épée Shishiō » (獅子王) en récompense.

Il y existe plusieurs récits relatant ce qui est advenu du cadavre du Nüe. Selon certaines légendes, comme le Heike Monogatari, comme les habitants de « Kyoto » (京都) craignaient la malédiction de la bête, ils mirent son cadavre dans un bateau et le firent flotter sur la « rivière Kamo » (鴨川). Après avoir vogué sur la « rivière Yodo » (淀川) et dérivé temporairement sur la rive du « comté de Higashinari » (東成区), à « Osaka » (大阪), le bateau finit par arriver en mer et s’échoua sur la rive entre la « rivière Ashiya » (芦屋川) et la « rivière Sumiyoshi » (住吉川). On dit que les habitants d’Ashiya offrirent courtoisement à la dépouille un service funéraire et construisirent un monticule commémoratif au-dessus de sa tombe, le fameux « Nuezuka ». Selon le « Ashiwake Obune » (排蘆小船), un livre de géographie de la « période Edo » (江戸時代), le Nüe s’échoua sur les rives de la rivière Yodo, et lorsque les villageois, craignant une malédiction, en informèrent le prêtre en chef du « Boon-ji » (母恩寺), fit construire un monticule. Il est en outre dit que comme celui-ci fut démoli au début de la « période Meiji » (明治時代), l’esprit vengeur du Nüe commença à tourmenter les gens qui vivaient à proximité, ainsi, et le monticule fut donc reconstruit à la hâte.

« Ino Hayata et le Nüe » (猪 早 太 と 鵺).

Selon le « Genpei Seisuiki » (源平盛衰記) et le « Kanden jihitsu » (閑田次筆), le Nüe aurait été enterré au « Kiyomizu-dera » (清水寺) dans la préfecture de Kyoto, et il est dit qu’une malédiction résultait de son déterrement à l’époque d’Edo. Une autre légende raconte que l’esprit du Nüe prit la forme d’un cheval, qui fut élevé par Yorimasa lui-même et nommé « Kinoshita » (木下). Comme c’était un bon cheval, il fut convoité et volé par « Taira no Munemori » (平宗盛), ce qui poussa Yorimasa à lever une armée contre la famille Taira. Comme cela entraîna la ruine de Yorimasa, ainsi le Nüe prit sa revanche. Une autre légende dit que le cadavre de la Nüe tomba dans la partie ouest du « lac Hamana » (浜名湖) dans la « préfecture de Shizuoka » (静岡県), et la légende des noms de lieux du « disctrict de Mikkabi » (三ヶ日町), tels que la ville de « Nueshiro » (鵺代), « Dozaki » (胴崎), « Hanehira » (羽平) et « Ona » (尾奈) proviennent de la légende selon laquelle la tête, le torse, les ailes et la queue du Nüe tombèrent respectivement à ces endroits. À « Kumakōgen » (久万高原町), « district de Kamiukena » (上浮穴郡), « préfecture d’Ehime » (愛媛県), une légende dit que la véritable identité du Nüe est en fait la mère de Yorimasa.

Dans le passé, à l’époque où le clan Taira était à son apogée, la mère de Yorimasa vivait cachée dans cet endroit qui était sa terre natale, proche d’un étang appelé « Azoga-ike » (赤蔵ヶ池) dans une région montagneuse, et y pria le dragon-gardien pour la bonne fortune de son fils au combat et la renaissance du clan Minamoto. C’est alors qu’elle prit la forme d’un Nüe en raison de sa haine pour la famille Taira, puis s’envola vers Kyoto. En rendant l’empereur malade, elle fit accomplir un acte triomphant en étant tué par son propre fils. L’histoire diffère sur le fait qu’après avoir été transpercée par la flèche de Yorimasa, elle revient à Azoga-ike pour y devenir le gardien de l’étang, mais y perdit la vie suite à sa blessure.

Cet article, publié dans Culture japonaise, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s